Philosophie…

… Prolétariat et chant éclatant du coq gaulois. Le problème du dépassement de la philosophie…

Cercle Marx, 2/02/2021

 

« Mais il est aisé de voir qu’on n’a pas encore dépassé la philosophie elle-même lorsqu’on a dépassé son nom. Il faut donc laisser entièrement de côté de telles questions purement terminologiques lors de l’examen fondamental du rapport entre marxisme et philosophie. Il s’agit bien plutôt pour nous de savoir ce que nous devons nous représenter au fond sous l’appellation de dépassement de la philosophie dont Marx et Engels ont parlé surtout dans leur première période, celle des années quarante, mais encore souvent par la suite. Comment ce processus doit-il s’accomplir ou s’est-il déjà accompli ? Par quelles actions ? A quel rythme ? Et pour qui ? Devons-nous nous représenter ce dépassement de la philosophie comme accompli une fois pour toutes, pour ainsi dire uno actu, par un acte cérébral de Marx et Engels, pour les marxistes, pour l’ensemble du prolétariat ou pour toute l’humanité ? Ou bien plutôt (comme pour le dépassement de l’État) comme un processus historique révolutionnaire très long et laborieux qui s’est poursuivi au travers des phases les plus diverses ? Et en dernière instance : quel rapport entretien le marxisme avec la philosophie tant que ce processus historique laborieux n’a pas encore atteint son but définitif, le dépassement de la philosophie ? Si l’on formule ainsi la question du rapport du marxisme et de la philosophie, il apparaît clairement que nous n’avons pas affaire ici à une divagation insensée et immotivée à propos de choses bouclées depuis longtemps, mais à un problème encore aujourd’hui très significatif, et d’autant plus dans la phase de développement actuel de la lutte des classes prolétarienne, d’un point de vue théorique et pratique. Le comportement de ces marxistes orthodoxes, qui pendant tant de décennies ont fait comme s’il n’y avait là absolument aucun problème, ou alors un dont l’élucidation serait et devrait toujours rester indifférente pour la pratique de la lutte des classes, apparaît donc désormais extrêmement problématique. » (Karl Korsch, Marxisme et philosophie)

https://www.marxists.org/archive/korsch/1923/marxism-philosophy.htm

 

« C’est aussi à bon droit que la philosophie est appelée la science de la vérité. » (Aristote, Métaphysique)

« L’Histoire a donc la mission, une fois que la vie future de la vérité s’est évanouie, d’établir la vérité de la vie présente. Et la première tâche de la philosophie, qui est au service de l’Histoire, consiste, une fois démasquée l’image sainte qui représentait la renonciation de l’homme à lui-même, à démasquer cette renonciation sous ses formes profanes. La critique du ciel se transforme ainsi en critique de la terre, la critique de la religion en critique du droit, la critique de la théologie en critique de la politique (…) L’Allemagne qui aime aller au fond des choses ne peut faire de révolution sans tout bouleverser de fond en comble. L’émancipation de l’Allemand, c’est l’émancipation de l’homme. La philosophie est la tête de cette émancipation, le prolétariat en est le cœur. La philosophie ne peut être réalisée sans la suppression/abolition du prolétariat, et le prolétariat ne peut être supprimé/aboli sans la réalisation de la philosophie. Quand toutes les conditions intérieures auront été remplies, le jour de la résurrection allemande sera annoncé par le chant éclatant du coq gaulois. » (Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel)

« Que la philosophie soit morte hier, depuis Hegel ou Marx, Nietzsche ou Heidegger […] qu’elle soit morte un jour, dans l’histoire […] que par delà cette mort ou cette mortalité de la philosophie, peut-être même grâce à elles, la pensée ait
un avenir ou même, on le dit aujourd’hui, soit tout entière à venir…
»
(Derrida, L’Écriture et la Différence)

 

2/02/2021