L'"invariance" marxienne et historique…

… de la lecture et du doute.

Nous publions ci-dessous un bon vieux rappel méthodologique et biographique, en répétant ici qu’il convient de saisir la richesse communiste et culturelle de Marx par-delà les grosses lourdeurs lénino-bolchévistes de ceux qui condamnent la lecture… En effet, avec son occupation favorite et sa devise préférée, Marx est à des années-lumière de la détestation de la culture et du dogmatisme de certains… Voici le « Connais-toi toi-même » de Marx (jeu de société, en forme de questionnaire, très répandu en Angleterre et en Allemagne dans les années 1860, rapporté par Maximilien Rubel dans « Sociologie critique » [pages choisies], voir aussi « La Confession de Karl Marx » par David Riazanov) :

« 1) La qualité que j’apprécie le plus, en général : la simplicité. … chez l’homme : la force… chez la femme : la faiblesse.

2) Mon principal trait de caractère : la ténacité.

3) L’idée que je me fais du bonheur : lutter.

4) L’idée que je me fais du malheur : me soumettre.

5) Le défaut que je trouve excusable : la crédulité.

6) Le défaut que je déteste le plus : la servilité.

7) Mon occupation favorite : bouquiner.

8) Ma bête noire : Martin Tupper.

9) Mes poètes préférés : Dante, Eschyle, Shakespeare, Goethe

10) Mon prosateur préféré : Diderot, Lessing, Hegel, Balzac.

11) Mon héros préféré : Spartacus, Kepler.

12) Mon héroïne préférée : Gretchen.

13) Ma fleur préférée : le laurier.

14) Ma couleur préférée : le rouge.

15) Le nom que je préfère : Jenny, Laura.

16) Mon plat préféré : le poisson.

17) Ma maxime favorite : Nihil humani a me alienum puto (rien d’humain ne m’est étranger).

18) Ma devise préférée : De omnibus dubitandum (il faut douter de tout). »