L’immortalité du Capital…

… est affirmée explicitement par Marx dans l’« Urtext » (le fragment de la version primitive de la « Contribution à la critique de l’économie politique » de 1858) de façon claire, distincte et précise. C’est ainsi une possibilité théorique parfaitement envisageable, n’en déplaise à certains imbéciles marxistes youtubiques-dogmatiques-sectaires et leur groupe d’intervention de « simples d’esprits »…

12/07/2021

« L’immortalité à laquelle tend l’argent en prenant une attitude négative vis-à-vis de la circula­tion (en s’en retirant), le Capital y parvient, qui se conserve précisément en s’abandonnant à la circulation. » (Marx, Urtext)

La suite du texte :

« Valeur d’échange supposant la circulation, en même temps qu’elle est sa condition préalable et qu’elle s’y conserve, le capital adopte alternativement la forme des deux éléments que recèle la circulation simple, mais, à la différence de ce qui se produit dans celle-ci, il ne se borne pas à passer d’une forme dans l’autre : au contraire, dans chacune des deux déterminations il est en même temps la relation, le rapport avec la forme opposée. S’il apparaît sous l’aspect d’argent, ce n’est maintenant que l’expression unilatérale, abstraite de sa généralité ; en dépouillant aussi cette forme, il n’en dépouille que la détermination contradictoire (la forme contradictoire de la généralité). Le poser sous son aspect d’argent, c’est-à-dire sous l’aspect de cette forme contradictoire de la généralité de la valeur d’échange, c’est en même temps dire qu’il ne doit pas, comme dans la circulation simple, perdre sa généralité, mais la détermination contradictoire de celle-ci ou qu’il n’adopte cette dernière que fugitivement, donc qu’il s’échangera de nouveau contre la marchandise; mais celle-ci devra, dans sa particularité, exprimer la généralité de la valeur d’échange, donc changer sans cesse de forme déterminée. » (Marx, Urtext)

Le texte allemand original est ici : https://www.marxists.org/deutsch/archiv/marx-engels/1858/urtext/index.htm

« Die Unvergänglichkeit, die das Geld anstrebt, indem es sich negativ gegen die Zirkulation verhält (ihr entzieht), erreicht das Kapital, indem es sich grade dadurch erhält, daß es sich der Zirkulation preisgibt. Das Kapital als der die Zirkulation voraussetzende, ihr vorausgesetzte, und sich in ihr erhaltende Tauschwert, nimmt abwechselnd beide in der einfachen Zirkulation enthaltne Momente an, aber nicht wie in der einfachen Zirkulation, daß es nur aus einer der Formen in die andre übergeht, sondern in jeder der Bestimmungen zugleich die Beziehung auf das Entgegengesetzte ist. Wenn es als Geld erscheint, so ist das jetzt nur der einseitige abstrakte Ausdruck seiner als Allgemeinheit; indem es ebenso diese Form abstreift, streift es nur ihre gegensätzliche Bestimmung ab (gegensätzliche Form der Allgemeinheit ab). Als Geld gesetzt, d. h. als diese gegensätzliche Form der Allgemeinheit des Tauschwerts, ist zugleich an ihm gesetzt, daß es nicht, wie in der einfachen Zirkulation, die Allgemeinheit, sondern ihre gegensätzliche Bestimmung verlieren soll, oder nur verschwindend annimmt, also wieder gegen die Ware sich austauscht, aber als Ware, die selbst in ihrer Besonderheit die Allgemeinheit des Tauschwerts ausdrückt, daher beständig ihre bestimmte Form wechselt. »

Une autre traduction française envisageable :

« L’immortalité à laquelle aspire l’argent en se comportant négativement envers la circulation (en s’en retirant) est atteinte par le Capital précisément parce qu’il s’abandonne à la circulation. »

Pour compléter :

1) Marx parle de « crises » mais l’expression de « crise terminale » n’existe pas à strictement parler sous sa plume (c’est une invention de certains papys marxistes dogmatiques-idéologues-gâteux qui magouillent avec les textes). En revanche, il y a potentiellement une transformation complète de la nature du Capital au terme des différents livres du Capital, une transformation qui amène à un possible dépassement et à un riche questionnement (pour le comprendre il faut travailler et réfléchir, se perdre dans les mauvaises vidéos youtube de certains vulgaires papys marxistes dogmatiques intellectuellement limités n’aide pas) => https://cerclemarx.com/le-capital/

2) Sur la possibilité théorique pour le Capital de s’immortaliser : « Au-delà de la valeur, la surfusion du Capital » + les travaux d’Invariance. Certains idéologues sectaires sont incapables de comprendre qu’il y a des raisons théoriques objectives, justifiées, argumentées et sourcées de remettre complètement en question leurs schémas marxistes « classiques » (d’où leur fuite permanente vers le mauvais psychologisme fallacieux dans leurs innombrables et très mauvaises vidéos youtube de parlerie narcissique). Ces idéologues marxistes-youtubiques bébêtes et gâteux sont impuissants à comprendre que de nombreux textes de Marx engagent une possible transformation complète du concept de Capital et remettent potentiellement en question la totalité de leurs schémas marxistes « classiques », des schémas qu’ils sont justement dogmatiquement incapables de questionner mais qu’ils se contentent de réciter de façon réifiée sur le youtubisme spectaculaire et fallacieux de leur propre imposture =>

https://cerclemarx.com/au-dela/

https://cerclemarx.com/revues/

« Le rapport social a atteint sa forme parfaite de rapport de la chose (argent, marchandise) à elle-même. (…) Le Capital a trouvé sa forme accomplie en tant que source mystérieuse et autocréatrice de l’intérêt, de son accroissement. Sous cette forme, le Capital n’est plus que représentation. Il est le Capital par excellence. » (Marx, Le Capital, livre IV)

 « Dans le Capital porteur d’intérêts, le Capital apparaît comme source autonome de la valeur... Et cette source il l’est pour soi, dans sa forme réifiée. » (Marx, Le Capital, livre IV)

« (…) le Capital acquiert de plus en plus une forme réifiée, d’un rapport il devient toujours plus une chose, mais une chose qui a le rapport social dans le corps, qui l’a avalé, une chose se rapportant à elle-même avec une vie fictive et une autonomie, un être sensible suprasensible… » (Marx, Le Capital, Livre IV)

3) Certains idéologues trolls-marxistes-plagiaires-youtubiques-sectaires du « prêt à penser » réifié-dogmatique et leur collectif de « simplets neuneus » (qui aiment ponctuellement troller sous pseudonyme les publications de ce site pour venir alimenter le vide abyssal de leurs mauvaises vidéos youtube de narcissisme spectaculaire) se sont fait une spécialité outrageusement comique depuis plusieurs années de marteler des slogans ininterrogés au nom du grand Charles Marx sur le « youtubisme braillard » du « simplisme bébête » pour « spectateurs ahuris » où ils aiment s’autocommenter en regardant leur triste nombril de surdité subjectiviste autocentrée, des slogans qui constitueraient autant de vérités « indiscutables » et « définitivement tranchées » toutes « prêtes à l’emploi ». Or c’est en se penchant avec sérieux et rigueur sur l’étude des textes du grand Charles Marx qu’on réalise qu’il existe en vérité moult nuances, moult aspérités, moult tensions, moult contradictions, etc., qui invalident potentiellement la totalité de ce que ces idéologues marxistes-dogmatiques-sectaires peuvent présenter spectaculairement et avec surdité dans leur discours comme des vérités absolues en parfaits idiots-utiles youtubiques-réifiés du Capital qu’ils sont tristement devenus. Le sens de la nuance et de la problématisation pour ces idéologues marxistes intellectuellement limités qui se sont fait une spécialité de s’étaler sur le youtubisme misérable de la « non-pensée » et du même catéchisme dogmatique est aussi rare que neige au soleil… Tout ce que ces gens martèlent sur youtube (en se donnant ainsi le sentiment d’exister) est potentiellement faux et c’est l’incapacité de ces gens à le comprendre qui fait d’eux des idéologues aveugles et des imbéciles parfaitement en accord avec le crétinisme engendré par cette société du Spectacle. Il faut ainsi sortir des vidéos youtube qui sont absolument catastrophiques, certains vieux papys marxistes-dogmatiques-sectaires à lunettes du youtubisme débile sont visiblement cérébralement et intellectuellement en état de « phase terminale », c’est probablement à cause de la « baisse tendancielle du taux de QI » => https://cerclemarx.com/sortir-definitivement/

4) Contre la connerie absolue de toute une série d’imposteurs et d’idéologues qui produisent industriellement des vidéos radicalement mauvaises dans le youtubisme-réifiant de la bêtise spectaculaire autonomisée en se réclamant fallacieusement du grand Charles Marx, il faut lire, réfléchir et problématiser avec méthode en évitant la « mauvaise cuisine » de certains mauvais « cuisiniers marxistes » qui font « mumuse » avec leur « marmite narcissique » (une marmite c’est plus gros qu’une poivrière). Il faut lire et travailler sérieusement car les choses sont beaucoup plus nuancées et beaucoup plus compliquées que ce que certains vulgaires avatars spectaculaires du Capital veulent faire avaler dans une logique sectaire d’endoctrinement idéologique. Il faut ainsi absolument sortir des mauvaises productions récurrentes de certains papys marxistes-sectaires-dogmatiques-plagiaires et leur collectif de « simplets neuneus » en décomposition absolue dans l’inculture et la connerie autonomisée du youtubisme-réifiant de toutes les impostures spectaculaires au service de la mystification démocratique du Capital pour aller vers le sérieux de la lecture intelligente et problématisante => https://cerclemarx.com/conseils-de-lecture/

5) Ne jamais problématiser, ne jamais nuancer, se contenter de slogans, réciter un même catéchisme d’idées jamais questionnées, écarter a priori tous les textes qui ne rentrent pas dans des schémas tracés par avance, etc., ne peut produire que du crétinisme youtubique à la chaîne et certains idéologues marxistes devenus de vulgaires avatars spectaculaires du Capital non seulement se complaisent orgueilleusement dans cette crétinerie youtubiquement autonomisée du « prêt à penser » marxiste pour « simplets neuneus » mais ils en ont même fait leur fond de commerce, accomplissant ainsi totalement la logique réifiante du Capital et sa volonté spectaculaire de lobotomisation des cerveaux dans le nihilisme accompli du « consomme et tais-toi » de la non-pensée. Quelle énorme bouffonnerie de voir ces gens se réclamer de Marx, de Debord, etc., et tomber intégralement sous le coup de la critique qu’il prétendent déployer à propos de la contemporaine société du Spectacle. Quelle énorme imposture de voir ces gens qui sont dans la réalité humainement des lâches et intellectuellement des plagiaires alimenter une image youtubique-spectaculaire-narcissique qui est la négation complète de leur réalité profonde. Véritables impostures organisationnelles au service du Capital réifiant et totalitaire, ces collectifs sectaires faussement communistes et fallacieusement présentés spectaculairement comme « critiques » montrent la nécessité de se méfier de toute organisation structurée => https://cerclemarx.com/au-dela-du-parti/

Une petite colle pour finir : le communisme est-il la maîtrise ou l’abolition de la marchandise ?

« C’est seulement lorsqu’une grande révolution sociale aura maîtrisé les conquêtes de l’époque bourgeoise – le marché mondial et les forces productives modernes – et les aura soumises au contrôle commun des peuples les plus avancés, c’est alors que le progrès humain cessera de ressembler à cet horrible dieu païen qui ne voulait boire le nectar que dans les crânes des ennemis tués. » (Marx, New York Daily Tribune, 22 juillet 1853)

« When a great social revolution shall have mastered the results of the bourgeois epoch, the market of the world and the modern powers of production, and subjected them to the common control of the most advanced peoples, then only will human progress cease to resemble that hideous, pagan idol, who would not drink the nectar but from the skulls of the slain. » (même référence, texte original anglais ici : https://marxists.architexturez.net/archive/marx/works/1853/07/22.htm)

3 remarques :

– 1) A strictement parler Marx ne parle pas ici de « communisme » mais on peut supposer vraisemblablement que la « grande révolution sociale » dont il est question ici est précisément la révolution communiste. La révolution communiste envisagée ici n’est pas universelle mais s’adresse « aux peuples les plus avancés », ce qui constitue une vision plutôt « élitiste » du communisme, une vision aux antipodes du « communisme universel » car réservée aux « peuples les plus avancés ».

– 2) Ce texte est une critique radicale du progrès. Toutes les sectes gauchistes du progressisme de la marchandise qui se réclament fallacieusement de Marx peuvent en prendre de la graine…

– 3) Marx parle précisément de « maîtrise du marché » (« master » en anglais) et non d’« abolition », ce qui laisse entendre qu’il y aurait une potentielle persistance de la marchandise une fois « le communisme » atteint (et non sa disparition définitive), ce qui ouvre à un vaste questionnement…

« Maîtriser » n’est en effet pas « abolir », « maîtriser le marché » reviendrait à vouloir « contrôler la marchandise » (dont on sait par ailleurs pour Marx qu’en raison du fétichisme elle échappe au contrôle des hommes, c’est notamment l’enjeu du communisme de redevenir maître du mouvement social que l’humanité ne contrôle plus avec l’autonomisation du fétiche marchand). Si l’abolition n’a peut-être pas le sens d’une « disparition définitive » dans une perspective marxienne imprégnée de l’idée hégélienne d' »Aufhebung » (qui signifie à la fois « conservation », « suppression » et « dépassement ») eh bien c’est justement en lisant ce genre de texte qu’on peut se demander ce qu’il s’agirait de dialectiquement supprimer et conserver… On imagine bien que ce qu’il s’agit de dépasser est le caractère incontrôlable de la marchandise fétiche, d’où l’idée de « maîtrise » de la marchandise qui est ici mentionnée par Marx, sauf que l’idée de « maîtrise » implique la conservation de la forme-marchandise des produits du travail et non sa « suppression » définitive, ce qui ouvre à une ultime et légitime question théorique : celle de la potentielle persistance de la marchandise dans un hypothétique futur mode de production communiste…

Le diable est dans les détails et il n’y a aucune vérité « définitivement tranchée », il faut ouvrir le questionnement et ne pas le refermer de façon sectaire…

Ce ne sont pas les réponses qui sont les plus importantes mais les questions, les réponses sont souvent décevantes et potentiellement complètement fausses…

12/07/2021