Sur la fin de l’espèce humaine…

Inimitié, folie et risque d’extinction.

20/05/2022

« Ce n’est que sous le règne du christianisme, qui extériorise tous les rapports nationaux, naturels, moraux et théoriques de l’homme, que la société bourgeoise pouvait se séparer complètement de la voie de l’État, déchirer tous les liens génériques de l’homme et mettre à leur place l’égoïsme, le besoin égoïste, décomposer le monde des hommes en un monde d’individus atomistiques, hostiles les uns aux autres. » (Marx, Sur la Question Juive)

« (…) la baisse générale de la qualité des marchandises, la falsification, la contrefaçon, l’empoisonnement général tel qu’on le voit dans les grandes villes, sont les conséquences nécessaires… » (Marx, Manuscrits de 1844)

« Le sujet humain est devenu inutile. » (Bordiga, La doctrine du diable au corps)

« La possibilité de notre destruction définitive constitue la destruction définitive de nos possibilités. » (Anders, La menace nucléaire)

« Nous sommes entrés sans retour possible dans une ère dont l’horizon est l’auto-destruction de l’humanité. » (Jean-Pierre Dupuy, Petite métaphysique des tsunamis)

« Parce que le capital est ontologiquement non-être, ce processus est essentiellement annihilation. Et c’est ce sur quoi insiste continûment Marx : le capitalisme s’impose à lui comme la question philosophique la plus urgente parce qu’il met en jeu la survie même de l’humanité. » (Vioulac, Capitalisme et nihilisme)

« La haine ne peut jamais être bonne. » (Spinoza, Éthique, proposition XLV)

« Effectivement, aucune espèce ne se voue avec autant d’acharnement à la réalisation de son malheur, à la destruction des êtres et des choses, aucune ne pratique avec tant d’obstination la violence et le meurtre intraspécifiques, individuels et collectifs; aucune ne traite avec tant d’incohérence, d’insouciance, voire même de cruauté, ses petits; aucune n’assujettit aussi durement les femelles. Ainsi, pour mille raisons, l’Homme est devenu un animal «fou». (…) » (André Bourguignon, L’homme imprévu)

« Pour éviter l’extinction, on doit abandonner la dynamique de l’inimitié… » (Invariance, Juillet 2019)

Nous avons basculé dans un nouveau paradigme ultime du Capital réifiant-totalitaire-destructeur devenant sujet autonome de l’Histoire : celui de l’auto-destruction possible de la totalité de l’espèce humaine (mutations génétiques, empoisonnement, auto-réification, etc.).

Au bout de la logique capitaliste d’inimitié il y a le spectre monstrueux de l’holocauste nucléaire, toute logique d’inimitié renforce en vérité le Système dans sa dynamique d’anéantissement de l’espèce.

Nous devons donner à voir ce Danger ultime et désamorcer toute logique d’inimitié pour prévenir le risque d’extinction de l’espèce.

L’évènement de notre temps est cette possibilité de l’annihilation totale, c’est notre tâche que d’aborder avec lucidité cette possibilité qui constitue une véritable mutation, une révolution ontologique d’un genre complètement inédit.