Il faut envisager le pire…

…et lutter dans l’espoir d’être complètement démenti.

Cercle Marx – 19/05/2022

« Nous ne sommes apocalypticiens que pour avoir tort. » (Anders, Le Temps de la fin)

« Dans l’ensemble, les marxistes ne brillent guère par leur capacité à lire dans les pensées de leurs adversaires. S’ils étaient un peu plus perspicaces, l’Europe ne serait pas dans une situation aussi désespérée qu’elle l’est à présent. Armés d’une technique censée tout expliquer, ils ne se donnent généralement pas la peine de deviner ce qui se passe dans la tête des autres. » (Orwell, Le Quai de Wigan)

 « L’organisation du procès de production capitaliste développé brise toute résistance… » (Marx, Le Capital, livre I)

« La production ne produit pas l’homme seulement en tant que marchandise, que marchan­dise humaine, l’homme défini comme marchandise, elle le produit, conformément à cette défi­nition, comme un être déshumanisé aussi bien intellectuellement que physiquement – im­mo­ralité, dégénérescence, abrutissement des ouvriers et des capitalistes. » (Marx, Manuscrits de 1844)

« (…) la baisse générale de la qualité des marchandises, la falsification, la contrefaçon, l’empoisonnement général tel qu’on le voit dans les grandes villes, sont les conséquences nécessaires… » (Marx, Manuscrits de 1844)

« Néanmoins, lorsque l’on s’enquiert des causes des succès de la contre-révolution, on obtient de tous les côtés la réponse commode que c’est Monsieur Un Tel ou le citoyen Tel Autre qui a « trahi » le peuple (ce qui d’ailleurs peut être vrai ou non, selon le cas). Mais, en aucun cas, cette réponse n’explique quoi que ce soit, qui plus est, elle ne permet même pas de comprendre comment il s’est fait que le « peuple » se soit laissé trahir de la sorte. » (Marx & Engels, Bilan de la défaite de 1848-1849)

« Mais, quelle que puisse être la voie ou s’engagera la nouvelle Assemblée nationale, le résultat ne peut être qu’un triomphe complet de la contre-révolution, ou bien une nouvelle Révolution victorieuse ! Peut-être la victoire de la révolution n’est-elle possible qu’une fois accomplie la contre-révolution ? » (Marx, Discours au procès de Cologne)

« Il n’y a jamais eu de mouvement historique dans lequel le principe de la contre-révolution – mobiliser des hommes rendus non-libres sous la bannière de la liberté pour lutter contre eux-mêmes – a triomphé à ce point, un mouvement qui aurait égalé ce triomphe du conformisme. » (Anders, L’Obsolescence de l’homme)

« Si le système réussit assez rapidement dans l’acquisition d’un contrôle suffisant du comportement humain, il survivra probablement. Autrement il s’écroulera. Nous pensons que la question sera très probablement résolue dans les prochaines décennies, disons 40 à 100 ans. » (Théodore Kaczynski, La société industrielle et son avenir)

« En effet, en dehors de la destruction directe de l’humanité – hypothèse qu’on ne peut pas escamoter – il y a trois devenirs du mode de production capitaliste : l’autonomisation complète : utopie mécaniste ; l’homme devenant un simple appendice du système automatisé, mais il a encore un rôle d’exécutant ; une mutation de l’homme, bien mieux un changement d’espèce : obtention d’un être totalement programmable ayant perdu les caractéristiques de l’espèce Homo sapiens ; cela n’exige pas nécessairement une automatisation ; cet être domestiqué à la perfection pourra faire n’importe quoi ; une folie généralisée ; le capital se mettant au niveau et réalisant sur la base de leurs limitations actuelles tout ce qu’ils veulent (normal ou anormal), mais impossibilité pour l’homme de se retrouver ; la jouissance étant toujours à venir. L’homme est entraîné dans le run away du capital et l’entretien. » (Invariance, Errance de l’humanité)

« Ce qui est nouveau, c’est que l’économie en soit venue à faire ouvertement la guerre aux humains ; non plus seulement aux possibilités de leur vie, mais à celles de leur survie (…) » (Guy Debord, Commentaires sur la société du Spectacle)

« Mais d’autre part, à mesure que le capitalisme se développe puis pourrit sur pied, il prostitue de plus en plus cette technique qui pourrait être libératrice à ses besoins d’exploitation, de domination et de pillage impérialiste, au point d’en arriver à lui transmettre sa propre pourriture et à la retourner contre l’espèce. » (Préface à Espèce humaine et croute terrestre de Bordiga)

« Au total, sur les 46 817 cas rapportés, 33 844 (72,3 %) correspondaient à des cas non graves et 12 973 (27,7 %) à des cas graves au regard des définitions réglementaires internationales de pharmacovigilance. Depuis le précédent rapport, 15 430 nouveaux cas ont été transmis, dont 4 283 graves (27,8 %). (…) Les nouvelles données analysées pour ce rapport, ainsi que les données de notification spontanée internationales, confirment l’existence d’une association causale entre le vaccin Comirnaty et la myocardite. Les myocardites font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. (…) Les péricardites constituent un signal confirmé à niveaux Européen et font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. (…) une possible augmentation du risque de thrombose veineuse cérébrale est évoquée dans une récente publication. (…) La conclusion demeure inchangée : à ce stade, le rôle du vaccin dans la survenue de ces auto‐ anticorps dirigés contre le facteur VIII (« hémophilies acquises ») ne peut être exclu. (…) Conclusions inchangées : Rôle potentiel du vaccin dans la survenue de ces poussées [de maladies] (…) » (Enquête de pharmacovigilance du vaccin Pfizer – BioNTech Comirnaty, Rapport n°18 : période du 2 juillet 2021 au 26 aout 2021)

« L’amour de la servitude ne peut être établi, sinon comme le résultat d’une révolution profonde, personnelle, dans les esprits et les corps humains. » (Aldous Huxley, Le meilleur des mondes)

« Nous sommes différents. Nous sommes les premiers mutants. (…) Nous évoluerons. Et personne ne nous en empêchera. » (Manifeste des Mutants)

« (…) le Capital acquiert de plus en plus une forme réifiée, d’un rapport il devient toujours plus une chose, mais une chose qui a le rapport social dans le corps, qui l’a avalé, une chose se rapportant à elle-même avec une vie fictive et une autonomie, un être sensible suprasensible ; et dans cette forme de capital et de profit il apparaît à la surface en tant que présupposition achevée. C’est la forme de son effectivité οu, mieux, sa forme d’existence effective. Et c’est la forme sous laquelle il vit dans la conscience de ses agents (supports), les capitalistes, qu’elle se déroule dans leurs représentations. » (Marx, Le Capital, livre IV)

« L’immortalité à laquelle aspire l’argent en se comportant négativement envers la circulation (en s’en retirant) est atteinte par le Capital précisément parce qu’il s’abandonne à la circulation. » (Marx, Grundrisse/Urtext)

« Le Capital peut échapper à son propre devenir catastrophique, mais il crée par là-même les conditions d’un anéantissement humain. » (Invariance, Juillet 1972)

« Le véritable Danger aujourd’hui consiste dans l’invisibilité du danger. » (Anders, La menace nucléaire)

« Si quelque chose a changé c’est en pire : aujourd’hui c’est l’humanité dans sa totalité qui peut être tuée. » (Anders, L’obsolescence de l’homme)

« (…) il n’existe plus rien, dans la culture et dans la nature, qui n’ait été transformé, et pollué, selon les moyens et les intérêts de l’industrie moderne. La génétique même est devenue pleinement accessible aux forces dominantes de la société (…) » (Debord, Commentaires sur la société du Spectacle)

« Le XXe siècle a, en effet, conquis une possibilité qui, quand bien même ne se réaliserait-elle jamais, demeure un irrémédiable et constitue l’horizon indépassable de notre temps : la possibilité de la destruction de l’humanité. Un tel constat ne relève en rien du « pessimisme », puisqu’il ne s’agit pas de porter un jugement sur l’avenir en spéculant sur l’effectuation plus ou moins probable, plus ou moins proche, plus ou moins complète, de cette possibilité ; il s’agit de prendre acte de cette possibilité, qui est irréversible puisque « nous ne pouvons plus désapprendre les méthodes de l’autoanéantissement. » Même si elle n’est jamais lieu, la possibilité de notre destruction définitive constitue la destruction définitive de nos possibilités, écrit ainsi Anders : et, de fait – et pour n’évoquer que la question du nucléaire – les 245 nucléaires militaires, 435 réacteurs nucléaires civiles et 20 000 têtes nucléaires de missiles balistiques en fonction ou en réserve en 2011 suffiraient à supprimer toute trace de vie sur Terre, et seule la propagande auprès de masses réputées ignares d’une avant-garde de techniciens professionnelles détenteurs du sens de l’Histoire (le « progrès technique ») peut alors prétendre que tout est sous contrôle et le sera pour les siècles des siècles – mais ceux-ci, comme les bolcheviks avant eux, ne sont, ‘sans le savoir, que les porteurs et les représentants de l’attribution du pouvoir absolu à la pure puissance », c’est à dire qu’ils se définissent par l’irresponsabilité toute-puissante propre à l’exterminateur. » (Vioulac, La logique totalitaire, essai sur la crise de l’Occident)

La grande explosion sociale révolutionnaire ULTIME aurait déjà dû avoir lieu !

Face au risque imminent de perdre leurs propres vies en se soumettant à la piqure empoisonnée de Pfizer, qu’ont choisi les masses ? Ont-elles choisi l’insurrection révolutionnaire communiste radicale contre le Système ?

Non ! Les masses ont choisi la piqure empoisonnée ! Elles ont choisi la mort dans l’auto-réification mutagène-empoisonnée du Capital !

Une dose, deux doses, etc.

Les masses ont massivement accepté de s’anéantir elles-mêmes dans la réification mutagène-empoisonnée des piqures capitalistes de Pfizer !

Les masses ont massivement accepté l’inacceptable ! Elles ont choisi l’auto-empoisonnement et leur propre réification, leur propre transformation en « QR Code » dans la soumission orwellienne à l’ignoble et abject « pass sanitaire » !

Voilà ce que ces derniers mois de lutte ultime contre le Système nous ont appris !

Les masses ont prouvé qu’elles ont été jusqu’ici absolument incapables d’être révolutionnaires !

Le Prolétariat a jusqu’ici complètement échoué à se constituer en Sujet révolutionnaire de l’Histoire !

Le Capital réifiant-totalitaire est massivement entré en le corps des prolétaires avec les piqures mutagènes de Pfizer !

Les humains ont été massivement capitalisés, ils ont été transformés en mutants du Capital réifiant-totalitaire !

Nous avons basculé dans un nouveau paradigme ultime !

Nous n’avons désormais plus qu’une chose à faire :  LUTTER JUSQU’AU BOUT tout en envisageant LE PIRE en espérant qu’il ne se produise JAMAIS…

Ce « PIRE » c’est LA MENACE ULTIME de notre temps qu’il faut accepter de regarder avec lucidité et par-delà tout « pessimisme » : la possibilité de l’annihilation totale de l’humanité, l’extinction pure et simple de l’espèce humaine dans l’empoisonnement du Capital, la disparition complète de l’humanité dans l’auto-réification et dans l’holocauste nucléaire !

Nous devons assumer ce DANGER ULTIME DU RISQUE D’EXTINCTION avec lucidité !

La situation actuelle est absolument APOCALYPTIQUE…

Mais nous ne sommes apocalypticiens que pour avoir tort…

« La transformation socialiste de la société, biologiquement indispensable à l’espèce humaine, devra surmonter des résistances et des obstacles démesurés crées par la conservation capitaliste qui opposera toute sa puissance technique, scientifique, militaire, à la communauté humaine en marche. Le socialisme devra regagner en violence le temps qu’il a perdu pendant lequel le Capital a procédé à la décomposition des bases du socialisme en se constituant en une monstrueuse nécrose. » (Le Programme de la société communiste, Année VI, série 2, n°1, juillet-décembre 1980, page 11) 

« Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. » (Évangile de Jean)