Communiqué ultime…

Bilan absolument catastrophique et perspectives orwelliennes-mondiales-infernales ultimement effrayantes…

Commentaires lucides sur l’extrême gravité des temps présents et à venir…

Remarques clairvoyantes sur l’imminence de notre anéantissement prochain…

Cercle Marx – 21 novembre 2021

Les « notes mystérieuses » précédentes :

https://cerclemarx.com/communique-sur-le-coronavirus/

https://cerclemarx.com/spectacle-de-la-crise-et-crise-du-spectacle/

https://cerclemarx.com/apres-le-confinement/

https://cerclemarx.com/communique-sur-le-cauchemar-sanitaire/

Cette note mystérieuse nous est parvenue par des voies secrètes. Toute personne en possession de la présente note peut (si elle le juge bon) diffuser les éléments qu’elle contient, à charge seulement d’en indiquer la provenance énigmatique…

« La classe ouvrière est révolutionnaire ou elle n’est rien. » (Marx à. J.-B. Schweitzer, 1865)

 » (…) cette hardiesse révolutionnaire qui jette à l’adversaire cette parole de défi : Je ne suis rien et je devrais être tout.«  (Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel)

« (…) le Capital acquiert de plus en plus une forme réifiée, d’un rapport il devient toujours plus une chose, mais une chose qui a le rapport social dans le corps, qui l’a avalé, une chose se rapportant à elle-même avec une vie fictive et une autonomie, un être sensible suprasensible… » (Marx, Le Capital, livre IV)

« Le rapport social a atteint sa forme parfaite de rapport de la chose (argent, marchandise) à elle-même... » (Marx, Le Capital, livre IV)

« La forme incompréhensible que nous trouvons à la surface et dont nous sommes donc partis dans notre analyse, nous la retrouvons en tant que résultat du procès et au cours duquel la forme (Gestalt) du Capital s’aliène de plus en plus et perd toute relation avec son être profond. » (Marx, Le Capital, livre IV)

« L’immortalité à laquelle aspire l’argent en se comportant négativement envers la circulation (en s’en retirant) est atteinte par le Capital précisément parce qu’il s’abandonne à la circulation. » (Marx, Urtext)

« Le Capital peut échapper à son propre devenir catastrophique, mais il crée par là-même les conditions d’un anéantissement humain (…) le Capital peut être en crise sans que cette crise soit une crise de la production et, comme corollaire, ce qui peut apparaitre comme crise de la production n’est plus forcément une crise grave du Capital... » (Invariance, Juillet 1972)

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes... » (Serge Carfantan, Sagesse et Révolte)

« (…) il n’existe plus rien, dans la culture et dans la nature, qui n’ait été transformé, et pollué, selon les moyens et les intérêts de l’industrie moderne. La génétique même est devenue pleinement accessible aux forces dominantes de la société (…) La dissolution de la logique a été poursuivie, selon les intérêts fondamentaux du nouveau système de domination, par différents moyens qui ont opéré en se prêtant toujours un soutien réciproque. (…) On entend dire que la science est maintenant soumise à des impératifs de rentabilité économique ; cela a toujours été vrai. Ce qui est nouveau, c’est que l’économie en soit venue à faire ouvertement la guerre aux humains ; non plus seulement aux possibilités de leur vie, mais à celles de leur survie (…) » (Guy Debord, Commentaires sur la société du Spectacle)

« Le spectacle, comme organisation sociale présente de la paralysie de l’histoire et de la mémoire, de l’abandon de l’histoire qui s’érige sur la base du temps historique, est la fausse conscience du temps. » (Debord, La société du Spectacle)

« Cette structure se montre sous les traits les plus grotesques dans le journalisme, où la subjectivité elle-même, le savoir, le tempérament, la faculté d’expression, deviennent un mécanisme abstrait, indépendant tant de la personnalité du « propriétaire » que de l’essence matérielle et concrète des sujets traités, mis en mouvement selon des lois propres. L’« absence de conviction » des journalistes, la prostitution de leurs expériences et de leurs convictions personnelles ne peut se comprendre que comme le point culminant de la réification capitaliste. » (Lukàcs, Histoire et conscience de classe)

« L’espace dans lequel se meut le Capital n’est plus celui par rapport auquel la loi de la valeur trouve son effectivité. La dimension fondamentale de cet espace est l’homme réifié qui est la personnalisation vivante du Capital ; au travers de ses propres représentations, l’homme réifié réalise l’Être social du Capital. (…) Si en effet, le Capital se dépasse en autonomisant sa forme, la dévalorisation est le procès dans lequel sa substance entre en dissolution… » (Invariance, Juillet 1972)

« L’amour de la servitude ne peut être établi, sinon comme le résultat d’une révolution profonde, personnelle, dans les esprits et les corps humains. » (Aldous Huxley, Le meilleur des mondes)

« Le travail physique épuisant, le souci de la maison et des enfants, les querelles mesquines entre voisins, les films, le football, la bière et, surtout, le jeu, formaient tout leur horizon et comblaient leurs esprits. Les garder sous contrôle n’était pas difficile. » (Orwell, 1984)

« Le remplacement d’une orthodoxie par une autre n’est pas nécessairement un progrès. Le véritable ennemi, c’est l’esprit réduit à l’état de gramophone, et cela reste vrai que l’on soit d’accord ou non avec le disque qui passe à un certain moment. » (Orwell, Essais, articles, lettres)

« De gauche ou de droite, « parlementaire » ou « totalitaire », fasciste ou anti-fasciste, la démocratie n’est rien d’autre que la dictature du Capital ! » (Le Communiste, décembre 1984)

« La transformation socialiste de la société, biologiquement indispensable à l’espèce humaine, devra surmonter des résistances et des obstacles démesurés crées par la conservation capitaliste qui opposera toute sa puissance technique, scientifique, militaire, à la communauté humaine en marche. Le socialisme devra regagner en violence le temps qu’il a perdu pendant lequel le Capital a procédé à la décomposition des bases du socialisme en se constituant en une monstrueuse nécrose. » (Le Programme de la société communiste, Année VI, série 2, n°1, juillet-décembre 1980, page 11)

« Une même société de l’aliénation, du contrôle totalitaire […], de la consommation spectaculaire […], règne malgré les variétés dans ses déguisements idéologiques ou juridiques. »
(Guy Debord, Adresse aux révolutionnaires d’Algérie et de tous les pays)

« Dire que deux et deux font quatre est en passe de devenir un acte révolutionnaire. Ose-t-on penser en France à chercher midi à quatorze heures, en été ? Terrorisme ! C’est le soleil qui se trompe, et le gouvernement qui a raison. » (Guy Debord, Considérations sur l’assassinat de Gérard Lebovici)

« Nous sommes différents. Nous sommes les premiers mutants. (…) Nous évoluerons. Et personne ne nous en empêchera. » (Manifeste des Mutants)

« Mais d’autre part, à mesure que le capitalisme se développe puis pourrit sur pied, il prostitue de plus en plus cette technique qui pourrait être libératrice à ses besoins d’exploitation, de domination et de pillage impérialiste, au point d’en arriver à lui transmettre sa propre pourriture et à la retourner contre l’espèce. On ne parlera même pas ici des suprêmes raffinements techniques du genre de la bombe à billes, dont quelques peuples « arriérés » ont récemment expérimenté dans leur chair les effets civilisateurs, ou de la bombe à neutrons dernier cri. C’est dans tous les domaines de la vie quotidienne des phases « pacifiques » qu’il veut bien nous consentir entre deux massacres impérialistes ou deux opérations de répression que le capital, aiguillonné sans trêve par la recherche d’un meilleur taux de profit, entasse, empoisonne, asphyxie, mutile, massacre les individus humains par l’intermédiaire de la technique prostituée. (…) La technique prostituée au Capital est devenue meurtrière (…) Le capitalisme n’est pas innocent non plus des catastrophes dites « naturelles ». Sans ignorer l’existence de forces de la nature qui échappent à l’action humaine, le marxisme montre que bien des catastrophes ont été indirectement provoquées ou aggravées par des causes sociales. » (Préface à Espèce humaine et croute terrestre de Bordiga)

« En effet, en dehors de la destruction directe de l’humanité – hypothèse qu’on ne peut pas escamoter – il y a trois devenirs du mode de production capitaliste : l’autonomisation complète : utopie mécaniste ; l’homme devenant un simple appendice du système automatisé, mais il a encore un rôle d’exécutant ; une mutation de l’homme, bien mieux un changement d’espèce : obtention d’un être totalement programmable ayant perdu les caractéristiques de l’espèce Homo sapiens ; cela n’exige pas nécessairement une automatisation ; cet être domestiqué à la perfection pourra faire n’importe quoi ; une folie généralisée ; le capital se mettant au niveau et réalisant sur la base de leurs limitations actuelles tout ce qu’ils veulent (normal ou anormal), mais impossibilité pour l’homme de se retrouver ; la jouissance étant toujours à venir. L’homme est entraîné dans le run away du capital et l’entretien. » (Invariance, Errance de l’humanité)

« À ceux qui pensent que tout ceci ressemble à de la science-fiction, nous signalons que la science-fiction d’hier est la réalité d’aujourd’hui. La Révolution Industrielle a radicalement changé l’environnement et le mode de vie de l’homme, et on ne peut qu’attendre que quand la technologie sera de plus en plus appliquée au corps et à l’esprit humain, l’homme lui-même sera changé aussi radicalement que son environnement et son mode de vie l’ont été. (…) Le système est actuellement engagé dans une lutte désespérée pour surmonter certains problèmes qui menacent sa survie, parmi lesquels les problèmes de comportement humain sont les plus importants. Si le système réussit assez rapidement dans l’acquisition d’un contrôle suffisant du comportement humain, il survivra probablement. Autrement il s’écroulera. Nous pensons que la question sera très probablement résolue dans les prochaines décennies, disons 40 à 100 ans. » (Théodore Kaczynski, La société industrielle et son avenir)

« Je dis bien « robots » et je dis bien « mise au pas ». « Robots » parce que les véritables robots d’aujourd’hui ne sont pas ces « computing machines » assemblées à partir de choses mortes et qui ont forme humaine, mais des instruments composés en partie d’hommes vivants. « Mise au pas » parce que le processus dont il est question ici constitue une variante du comportement connu dans le domaine politique sous le nom de « mise au pas par les systèmes de domination ». La variante dont nous parlons est plus extrême, dans la mesure où l’homme cherche ici à « s’autoréifier », alors que l’homme politiquement mis au pas (même celui qui est totalement privé de liberté) ne devient une « chose » que métaphoriquement. (…) Il n’est pas étonnant que – et là culmine le caractère invraisemblable de cet état – les quelques hommes vraiment libres qui trouvent la force de s’opposer à l’impression des consciences, soient considérés de bonne foi pour des saboteurs de la liberté et traités comme tels. Il n’y a jamais eu de mouvement historique dans lequel le principe de la contre-révolution – mobiliser des hommes rendus non-libres sous la bannière de la liberté pour lutter contre eux-mêmes – a triomphé à ce point, un mouvement qui aurait égalé ce triomphe du conformisme. (…) Au regard de la nouvelle opposition technique/humanité (…) la lutte des classes au sens traditionnel est devenue insignifiante. » (Günther Anders, L’obsolescence de l’homme)

« Alors on vous livrera aux tourments, et l’on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom. » (La Bible, Évangile de Matthieu)

« Peut-être la victoire de la révolution n’est-elle possible qu’une fois accomplie la contre-révolution ? » (Marx, Discours au procès de Cologne)

« Les conditions bourgeoises de production et d’échange, le régime bourgeois de la propriété, la société bourgeoise moderne, qui a fait surgir de si puissants moyens de production et d’échange, ressemblent au magicien qui ne sait plus dominer les puissances infernales qu’il a évoquées. » (Marx & Engels, Manifeste Communiste)

« L’organisation du procès de production capitaliste développé brise toute résistance, la génération permanente d’une surpopulation relative maintient la loi de l’offre et de la demande de travail, et partant, le salaire, dans des proportions conformes au besoin de la valorisation du capital, la contrainte muette des rapports économiques scelle la domination du capitaliste sur le travailleur. La violence immédiate, extra-économique, est certes encore employée, mais seulement exceptionnellement. Quand les choses vont leur cours ordinaire, l’ouvrier peut être abandonné aux « lois naturelles de la production », c’est-à-dire à sa dépendance du capital, elle-même issue des conditions de production qui la garantissent et la perpétuent. Il en va autrement pendant la période historique de genèse de la production capitaliste (…) Par adjonction massive d’une majorité d’enfants et de femmes dans la combinaison du personnel ouvrier, la machinerie brise enfin la résistance que l’ouvrier homme opposait encore dans la manufacture au despotisme du capital. » (Marx, Le Capital, livre I)

« Ainsi j’ai perdu le Ciel,je le sais très bien. Mon âme naguère fidèle à Dieu, a été marquée pour l’Enfer » (Marx, The Pale Maiden)

« (…) la baisse générale de la qualité des marchandises, la falsification, la contrefaçon, l’empoisonnement général tel qu’on le voit dans les grandes villes, sont les conséquences nécessaires… » (Marx, Manuscrits de 1844)

 » Comme étranger, tu n’as droit à rien dans ce pays (…) une fois que tu as accepté, tu as à subir les décisions de l’autorité ; tu ne peux te débarrasser de ses présents qu’avec son consentement, il n’y a pas d’autre méthode. » (Kafka, Le Château)

« La disparition du sens de la responsabilité personnelle est de très loin la conséquence la plus grave de la soumission à l’autorité. » (Milgram, Soumission à l’autorité)

« Au total, sur les 46 817 cas rapportés, 33 844 (72,3 %) correspondaient à des cas non graves et 12 973 (27,7 %) à des cas graves au regard des définitions réglementaires internationales de pharmacovigilance. Depuis le précédent rapport, 15 430 nouveaux cas ont été transmis, dont 4 283 graves (27,8 %). (…) Les nouvelles données analysées pour ce rapport, ainsi que les données de notification spontanée internationales, confirment l’existence d’une association causale entre le vaccin Comirnaty et la myocardite. Les myocardites font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. (…) Les péricardites constituent un signal confirmé à niveaux Européen et font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. (…) une possible augmentation du risque de thrombose veineuse cérébrale est évoquée dans une récente publication. (…) La conclusion demeure inchangée : à ce stade, le rôle du vaccin dans la survenue de ces auto‐ anticorps dirigés contre le facteur VIII (« hémophilies acquises ») ne peut être exclu. (…) Conclusions inchangées : Rôle potentiel du vaccin dans la survenue de ces poussées [de maladies] (…) » (Enquête de pharmacovigilance du vaccin Pfizer – BioNTech Comirnaty, Rapport n°18 : période du 2 juillet 2021 au 26 aout 2021)

« Tout ça, c’est de la merde… » (Marx à Engels, 27 février 1852)

Message ultime et planétaire aux derniers humains résistants encore conscients et encore en vie : si vous avez réussi à échapper aux piqures de notre anéantissement programmé et si vous avez compris que tout était mensonge alors vous êtes la résistance…

Nous sommes les derniers résistants et les derniers survivants dans un monde infernal où les forces du mal se déchaînent…

Le bilan est absolument catastrophique et les perspectives sont désormais mondialement cauchemardesques…

Les manifestations ne changent structurellement rien (ce qu’on avait déjà vu avec les Gilets jaunes) et constituent finalement une mise en spectacle de notre impuissance pratique face à un Système qui en train de tout broyer et de tout détruire. Le Système brise toute résistance et va jusqu’à anéantir l’idée même de résistance… Le Système absorbe tout ou détruit tout ce qu’il ne peut pas absorber…

Les manifestations constituent néanmoins des espaces de partage, de joie, de vérité et de (relative) liberté, elles permettent de rencontrer encore des humains véritables et de ce point de vue-là elles conservent une certaine positivité. Il faut continuer le combat même s’il est nécessaire de ne pas s’illusionner : le combat est très probablement perdu d’avance et à vue humaine nous allons y passer…

La grande explosion sociale révolutionnaire annoncée par certains n’a toujours pas eu lieu et il est désormais très probable qu’elle n’ait jamais lieu puisque la domination du totalitarisme de la réification capitaliste s’est dorénavant structurellement renforcée comme jamais en transformant la majorité de la population mondiale en mutants chosifiés « QR codisés », à commencer par les Français eux-mêmes…

LA MUTATION-DESTRUCTION IRRÉVERSIBLE DE L’ESPÈCE HUMAINE A COMMENCÉ ! NOUS AVONS BASCULÉ DANS UN NOUVEAU PARADIGME HISTORIQUE ULTIME !

Avec les injections massives de Pfizer et l’autoréification grandissante de l’immense majorité du corps social la Forme-Capital arraisonnante termine de capitaliser l’humain en achevant de le faire définitivement basculer dans le camp du transhumanisme de la chosification mortelle…

70% à 80% des Français officiellement « pfizerisés » c’est potentiellement 70% à 80% de Français officiellement transformés en mutants de la réification marchande, une mutation complète du corps social venant signifier la victoire structurelle de la contre-révolution et l’immortalisation de la Forme-Capital achevant de phagocyter le prolétariat et terminant d’avaler le rapport social supposé mettre à mort le Système…

Nous avons assisté lors de ces dernières semaines de lutte intense à une mutation qu’on peut potentiellement qualifier d’« irréversible » du corps social, une mutation parfaitement conforme à la mutation du système de la domination de la Forme-Capital tyrannique et totalitaire…

L’avantage des annonces politiques orwelliennes-techno-tyranniques de Macron est qu’elles ont permis de bien diviser la société en deux classes antagonistes : celle des pro-système et celle de ceux qui tentent encore de résister avec courage et lucidité à la machine de plus en plus inhumaine qui se met en place. Or il est apparu clair que les résistants et les véritables opposants au Système étaient minoritaires, une minorité que le Système va probablement désormais de plus en plus persécuter et même éliminer physiquement prochainement…

Il y a de façon crisique deux catégories de gens (cette approche binaire est celle qui éclate au grand jour lors des crises où les classes antagonistes s’affrontent) : ceux qui sont à l’aise avec l’ordre social existant et qui veulent le défendre, et ceux qui ne l’acceptent pas. Le mérite de la piqure mutagène-empoisonneuse politiquement forcée à Pfizer (fallacieusement appelée « vaccination ») est qu’elle a pu permettre (comme lors du soulèvement des Gilets jaunes) de voir « qui était qui » dans un moment dialectique authentiquement chrétien de « révélation » et de « vérité »…

Et nous avons vu avec horreur au cours de ces dernières semaines de lutte intense « qui était qui », nous avons vu que les résistants véritables étaient peu nombreux, mais nous avons vu que les lâches, les traitres, les conformistes, les dégonflés, les endormis, les dissidents bidons, les révolutionnaires bidons, les opposants bidons, les indignes, les moutons, les peureux, les couards, les froussards, etc., étaient des légions et composaient la grande majorité du corps social…

Les Français, pour une large majorité d’inconscients et d’irresponsables, se sont misérablement couchés face à Pfizer et face au « Pass sanitaire » de la nouvelle ségrégation techno-fascisante réifiante-abjecte de la mystification démocratique de la Forme-Capital totalitaire, honte à eux !

Honte à ces Français qui ont accepté avec « bonne conscience » ce « Pass sanitaire » infâme qui est en vérité une ségrégation sociale ouverte au service du totalitarisme de notre réification capitaliste-inhumaine !

Honte à ces Français qui ne voient aucun problème à exclure du champ social des humains encore doués de bon sens et ayant tout simplement refusé de se soumettre à l’empoisonnement toxique du capitalisme immonde souhaitant nous transformer en OGM !

Honte à ces Français qui gobent avec « bonne conscience » toutes les conneries officielles de l’actuelle mystification démocratique de la Forme-Capital corruptrice !

Honte à ces Français qui se sont soumis avec « bonne conscience » à toutes les injonctions autoritaires abjectes et expérimentales de la répugnante médecine empoisonneuse du Capital simplement pour ne pas porter atteinte à leur minable petit confort bourgeois et à leur fausse liberté d’esclave !

Honte à ces Français qui ont défendu avec servilité et lâcheté le contrôle totalitaire-liberticide de cette infâme société spectaculaire-marchande par pur individualisme et par pur égoïsme !

Honte à ces Français qui se sont couchés avec veulerie à toutes les piqures de la réification capitaliste de notre déshumanisation programmée pour ne pas reporter leurs débiles et ridicules « vacances » de bourgeois superficiels dans la vie fausse et mensongère !

Honte à ces Français qui se sont faits les défenseurs imbéciles de ce nouvel apartheid techno-numérique fascisant digne d’une dystopie orwellienne et mis en place par l’abject Capital pour nous anéantir complètement dans le transhumanisme de notre déshumanisation technicienne !

Honte à ces Français qui se sont faits les minables chiens de garde de notre flicage capitaliste, l’actuelle mystification démocratique-marchande-mondiale-orwellienne-technicienne du Coronavirus a repoussé toutes les limites de la folie et de l’absurde ! La dissolution de la logique est totale !

La vérité objective et ignoblement cauchemardesque est qu’une majorité de Français inconscients se sont misérablement complètement couchés face aux piqures empoisonnantes-mutagènes de Pfizer et face au « Pass sanitaire » du totalitarisme orwellien de notre réification programmée, ils ont accepté l’inacceptable par lâcheté et par conformisme et l’inacceptable a désormais été normalisé en entrant dans les mœurs… L’expérience de Milgram du Capital réifiant en crise a diaboliquement fonctionné…

Nous assistons bel et bien désormais au pire scenario possible, celui de l’anéantissement de tout potentiel révolutionnaire par la réification totalitaire de la Forme-Capital arraisonnant l’intégralité du champ social structurellement absorbé, un champ social sous contrôle et consentant à son propre anéantissement dans l’autoréification destructrice…

L’annonce de la troisième piqure en ce 9 novembre 2021 l’a également confirmé. Des milliers de Français lobotomisés par la propagande se précipitent à nouveau pour se faire injecter leur troisième dose de réification mutagène-empoisonnante socialement désormais avantageuse dans le nouveau champ social de la ségrégation « QR codisée » de toutes les lâchetés et de toutes les infamies…

On en vient à souhaiter que la logique infernale s’accélère pour précipiter le chaos : une dose, deux doses, trois doses, quatre doses, cinq doses, six doses, sept doses, etc. De nombreuses personnes sont définitivement perdues ou se réveilleront lorsqu’il sera trop tard, c’est ainsi…

Dans le monde de la réalité renversée la liberté est bien l’esclavage à la réification empoisonnante du totalitarisme mondial de la Forme-Capital destructrice inhumaine, « garder sous contrôle » les esclaves chosifiés n’est décidément pas si difficile…

La contre-révolution est ainsi en train de définitivement triompher et les possibilités révolutionnaires contre le Système sont en train d’être structurellement rendues impossibles puisqu’il reste de moins en moins d’humains véritables avec une conscience critique…

Pour faire la Révolution il faut encore des humains avec une conscience critique révolutionnaire, ce que la réification est en train de complètement anéantir et le cauchemar orwellien est en train de devenir réalité : les opposants au « Pass sanitaire » et à la piqure empoisonnante-mutagène de Pfizer sont désormais minoritaires et de plus en plus considérés comme des criminels…

Le prolétariat (ou plutôt ce qu’il en reste), cette partie du corps social « potentiellement » révolutionnaire, intègre psychologiquement et socialement de plus en plus les exigences de réification empoisonnante de la Forme-Capital qui continue de poursuivre son absorption totalitaire d’une humanité de plus en plus capitalisée, rendant ainsi la vie sociale absolument impossible pour ceux qui tentent encore de lutter contre le gigantesque cauchemar tyrannique-technicien-orwellien qu’est devenue la société spectaculaire-marchande-chosifiante contemporaine…

Les annonces politiques orwelliennes de Macron ont à nouveau été claires : soit tu acceptes de te soumettre et de t’empoisonner pour continuer à mener ton existence sociale aliénée-réifiée dans la déshumanisation de la fausse vie, soit tu acceptes de mourir dans la désocialisation la plus totale en tentant de rester encore humain.

Et les masses ont fait leur choix : elles ont préféré la soumission à la désobéissance…

Après des semaines de mobilisation contre le « cauchemar sanitaire » (le « Pass sanitaire ») ce qui était en effet à craindre s’est malheureusement produit : les résistants au totalitarisme de la réification empoisonnante de la Forme-Capital sont désormais devenus une minorité, une minorité de « fous » et de marginaux qui luttent simplement pour rester humains dans un monde inhumain rempli de zombies, de morts-vivants et de mutants de la réification…

La « lutte des classes » au sens traditionnel est devenue obsolète face à un corps social qui, bien au-delà de la simple servitude volontaire, décide lui-même de s’anéantir en s’autoréifiant, consent à sa propre mort en se soumettant à la Technique monstrueuse déployée par la Forme-Capital pour nous anéantir complètement dans la chosification…

Ce à quoi nous assistons n’est ni plus ni moins que l’anéantissement de l’espèce humaine, l’obsolescence rendue effective de l’humain, le problème va bien au-delà d’une simple domination de classe contrairement à ce que peuvent penser certains marxistes intellectuellement très limités qui ont été transformés depuis longtemps en avatars spectaculaire de la réification capitaliste et en vulgaires opposants contrôlés parachevant inconsciemment la domination structurelle de la Forme-Capital…

Sous l’effet dévastateur de la réification totalitaire de la Forme-Capital le corps social a désormais profondément été transformé dans le sens d’une capitalisation complète des corps et des esprits. Avec les injections massives de Pfizer le Capital a désormais pris forme humaine en capitalisant l’humain, il s’est anthropomorphisé. Nous avons basculé dans un paradigme historique totalement inédit : le paradigme des mutants de la réification totalitaire de la Forme-Capital.

L’immense majorité des humains piqués à Pfizer sont désormais des mutants de la réification de la Forme-Capital, or il apparaît impossible de pouvoir faire la Révolution avec des mutants… La mutation complète de l’humanité par sa « Pfizerisation » vers le transhumanisme de la réification techno-capitaliste ouvre à des perspectives monstrueuses…

La Forme-Capital réifiante a réussi à produire une transhumanité de mutants s’autoréfiant et défendant bec et ongles ce nouveau mode de vie orwellien consistant à badger pour aller à la bibliothèque, au cinéma, au restaurant, à la salle de sport, etc., tous les vieux schémas marxistes classiques sont désormais devenus obsolètes…

Il ne s’agit désormais plus de lutter contre une classe dominante mais de tout simplement lutter pour survivre et pour rester humain dans un monde orwellien et technicien-cauchemardesque devenant de plus en plus inhumain…

Quand bien même le Capital s’effondrerait selon les vieux schémas marxistes classiques (des schémas martelés sans aucun questionnement par certains idéologues transformés en avatars spectaculaires de la réification triomphante) avec les injections mondiales et massives de produits empoisonnés expérimentaux il s’est désormais donné les moyens de pouvoir entraîner dans la tombe la majorité des humains sur toute la planète, ou en tout cas de pouvoir provoquer des dommages mutagènes irréversibles et complètement inédits à long terme…

Même à supposer que le Capital s’effondre (ce que la réification vient précisément invalider en absorbant la dialectique sociale, le Capital n’étant plus un rapport social mais une chose/une forme réifiée absorbant le rapport social, comme le rappelle bien Marx dans le livre IV du Capital) il vient de jouer une ultime carte avec la contrainte politique et sociale à la piqure : empoisonner la quasi-totalité de l’espèce humaine et la condamner de façon irréversible au transhumanisme de toutes les mutations inédites… Le Capital réifiant en crise a joué la carte de l’empoisonnement mutagène mondial et cette carte a diaboliquement fonctionné…

A mesure que les humains se font mondialement « pfizerisés » la réification totalitaire de la Forme-Capital gagne du terrain et achève de capitaliser l’être humain en le chosifiant et en l’empoisonnant complètement, c’est l’anéantissement complet de l’espèce humaine par la chosification à travers des millions d’injections (des armes biologiques déguisées) qui font définitivement remplacer l’humain par le transhumain de la contre-révolution triomphante…

La Forme-Capital empoisonneuse engendre une mutation anthropologique réifiante radicale qui correspond à son anthropomorphisation : nous n’avons désormais plus affaire qu’à des mutants, des dégénérés, des OGM… La soumission massive des masses au totalitarisme du confort de la chosification vient signifier l’anéantissement même de toute idée de révolte. La dystopie d’Huxley devient réalité… « Covid 1984 » est l’autre nom de la société actuelle puante et monstrueuse…

Le Capital n’est plus un rapport social, il est cette Matrice autonomisée d’obsolescence et de chosification dévorante qui absorbe toute contestation pour en faire un instrument de sa valorisation, la dialectique sociale devient elle-même une chose au service de la Matrice comme accomplissement totalitaire de notre dépossession aliénante et de notre propre obsolescence…

La lutte des classes n’est plus elle-même qu’une chose au service de la grande Matrice qui dénature tout, qui fait de l’homme un être non seulement hors-sol mais aussi hors-nature, hors-humanité, un mutant… Avec les piqures obligatoires et le « Pass sanitaire » (le « cauchemar sanitaire ») nous avons officiellement basculé dans l’ère des mutants et l’ère des zombies de la Forme-Capital réifiante-totalitaire…

La radicalité ne peut plus être dans la lutte des classes prisonnière de la Forme-Capital, prisonnière du paradigme du pouvoir et opposant des humains à d’autres humains dans une logique d’inimitié elle-même conforme aux schémas capitalistes, elle doit être dans le rejet ultime de tout le produit du développement historique des sociétés de classe, le rejet de tout ce que cette civilisation complètement dégénérée a pu engendrer :

« Ainsi à l’intérieur du monde du despotisme du Capital (c’est ainsi que de nos jours se présente la société) il est impossible de délimiter un Bien, un Mal. Tout est condamnable. C’est en dehors de lui que peuvent surgir les forces négatrices. Le Capital englobant toutes les vieilles contradictions, le mouvement révolutionnaire doit rejeter tout le produit du développement des sociétés de classes ; c’est en cela que consiste, pour une bonne partie, la lutte contre la domestication, contre la décadence de l’espèce humaine. C’est le moment essentiel du procès de formation des révolutionnaires, absolument nécessaire pour que la révolution se produise. » (Invariance, Déclin du mode de production capitaliste ou déclin de l’humanité ?)

Le renversement structurel réifiant de la réalité a triomphé, la réification est en train de triompher, il n’y a plus de dialectique sociale, il n’y a plus qu’une contradiction interne à la Forme-Capital dévorant et détruisant tout en devenant le Système de la déshumanisation universelle, la Matrice ultime atteignant l’immortalité (comme le dit explicitement Marx à propos du Capital dans l’Urtext, ce que certains marxistes sectaires stupides et prisonniers du youtubisme débile des schémas martelés avec surdité sont incapables de voir, d’analyser et d’interroger) :

« L’immortalité à laquelle aspire l’argent en se comportant négativement envers la circulation (en s’en retirant) est atteinte par le Capital précisément parce qu’il s’abandonne à la circulation. » (Marx, Urtext)

La soumission à l’autorité réifiante de la Matrice de la Forme-Capital l’a emporté, les masses ne sont pas révolutionnaires et elles viennent de le démontrer parfaitement en acceptant massivement de s’empoisonner à Pfizer et de badger avec le « Pass sanitaire » pour continuer de « mener une vie normale » (en vérité montrer qu’on s’est bien injecté dans le corps des produits mutagènes et dangereux fallacieusement appelés « vaccins »).

Nous sommes au croisement d’un risque mondial d’extinction de l’espèce et d’une mutation anthropologique irréversible conforme au nouveau paradigme de la domination inédite qui vient d’émerger !

Si 70% à 80% des Français (et même des humains du monde entier) se sont officiellement couchés face à la piqure empoisonnante de Pfizer/Moderna/AstraZeneca (et autres multinationales pharmaceutiques-industrielles cauchemardesques comparables à « Umbrella Corporation » dans Resident Evil) et face à la contrainte orwellienne du « Pass sanitaire » cela vient bien signifier le triomphe structurel de la contre-révolution du Capital qui achève d’empoisonner et de réifier l’humanité dans sa substance, achevant ainsi de tuer définitivement toute potentialité révolutionnaire.

70% à 80% des Français ont été incapables individuellement et collectivement de se lever pour dire « non » à l’abjection orwellienne de Pfizer et du « Pass sanitaire » par peur, par lâcheté, par conformisme, par souci du confort matériel, par consumérisme, par hédonisme, par individualisme, etc. Croire en l’émancipation des masses au terme d’un processus révolutionnaire devient ainsi une fable naïve…

Face aux injections massives de Pfizer qui menacent l’intégrité des corps nous aurions dû assister à un soulèvement massif et frontal des masses, surtout en France après le soulèvement des Gilets jaunes, mais non… L’ingénierie sociale de la réification totalitaire prend désormais la forme d’un contrôle absolu des masses lobotomisées… La prise en otage opérée par le Capital dans sa volonté de réification et de contrôle politique totalitaire du prolétariat de plus en plus chosifié s’approche de la perfection…

Non seulement la réification empoisonnante est entrée dans les mœurs mais désormais les opposants à ce processus infernal sont minoritaires et criminalisés…

Des masses lobotomisées qui consentent d’elles-mêmes à leur propre réification empoisonnante se situent au-delà de la simple servitude volontaire, elles sont dans l’autoréification et la honte prométhéenne devenues désormais structurelles…

Toute opposition au Système de la réification est ainsi absorbée et les dernières poches de résistance se voient menacées de « pfizerisation » imminente… Il s’agit désormais tout simplement de réussir à survivre dans le monde horrible de la survie augmentée « QR codisée » des piqures empoisonnantes imposées par le Système…

Les dernières poches de résistance pratique contre le Système de domination sont avec les derniers Gilets jaunes authentiques de terrain et d’action, on peut trouver également ici ou là des tout petits groupes spontanés (notamment d’inspiration marxiste ou chrétienne) qui constituent aussi des petites poches de résistance.

En dehors de ces dernières petites poches de résistance tous les partis politiques, tous les syndicats, tous les pseudo-groupes communistes révolutionnaires d’importance, tous les pseudo-groupes dissidents d’importance, toutes les organisations « alternatives », etc., sont tous corrompus, infiltrés et représentent les différents visages de l’opposition contrôlée. Toute association humaine, une fois une certaine taille atteinte, est structurellement avalée par le Système de domination. C’est un constat radical d’échec et de victoire du Système… Les Goldstein sont légion mais les Winston authentiques sont très rares et certains d’entre eux finissent retournés comme Winston lui-même à la fin de 1984

Le flicage des citoyens par le « Pass sanitaire » annonce déjà les puces RFID sous la peau, les codes-barres, les implants techniques et cérébraux, etc., toute la merde technicienne et fascisante d’une humanité chosifiée, réifiée, génétiquement modifiée, etc., devenue transhumanité du Capital, c’est-à-dire la fin de l’espèce humaine. (https://cerclemarx.com/lespece-humaine/) A mesure que le prolétariat se déshumanise le Capital prend forme humaine et entre en le corps même de l’humanité asservie, dissolvant toujours plus sa substance pour autonomiser sa forme tendant vers l’immortalité…

Le Capital monstrueux pousse toujours plus loin sa logique réifiante de confiscation des corps et des esprits, le contrôle social des masses est ce système infernal capitaliste-inhumain auquel plus personne ne semble pouvoir échapper…

Nous ne vivons pas simplement une « période contre-révolutionnaire », nous vivons la période où la contre-révolution devient structurelle… Voilà ce qu’il faut comprendre afin de pouvoir repenser les modalités de la lutte contre le Capital devenu Matrice totalitaire d’arraisonnement empoisonneur…

Tout est ainsi pourri, corrompu, mensonger, falsifié, dénaturé et renversé dans l’actuelle société de la domination structurelle-spectaculaire de la réification du tyrannique système de la Forme-Capital cherchant à s’immortaliser en achevant d’absorber définitivement l’humanité et toute dialectique sociale d’émancipation…

Le Capital a dépassé les contraintes liées à l’ancienne dépendance au procès de production et nous voici entrés dans le règne ultime de la Matrice totalitaire de notre réification programmée…

Qu’il est riche le temps actuel de toutes les impostures qui se révèlent telles quelles les unes après les autres !

Qu’il est riche le temps actuel de toutes les oppositions au Système qui se révèlent en vérité être des fausses oppositions, des oppositions contrôlées et des avatars trompeurs de la Matrice actuelle de la réification !

Certains groupuscules libertaires sectaires de la Gauche du Capital et qui sont en vérité de faux critiques de la valeur (dont la spécialité est de reprendre Marx pour en dénaturer complètement le contenu critique en servant de chiens de garde à l’actuelle mystification démocratique du Capital) se sont ainsi dernièrement lancés dans une rhétorique fallacieuse consistant à critiquer le « Pass sanitaire » pour mieux accréditer les piqures réifiantes capitalistes-empoisonnantes-mutagènes de « Pfizer », ces tartuffes gauchistes qui aiment se présenter comme des « révolutionnaires libertaires » contre le Capital font semblant de ne pas comprendre que « Pfizer » et le « Pass sanitaire » relèvent structurellement de la même Matrice d’anéantissement de l’humain dans la réification, réification que ces groupuscules font également semblant de critiquer…

Toutes ces faunes gauchistes et libertaires clownesques de la Gauche du Capital sont ce que la Matrice actuelle de réification réussit à produire de plus trompeur en matière d’opposition contrôlée… Mais nous ne sommes pas dupes !

De l’autre côté et sur le même terrain des oppositions contrôlées nous avons certains groupes marxistes sectaires intellectuellement très limités (n’ayant aucun problème à s’acoquiner avec des mouvances de la Droite du Capital aux antipodes de leur pseudo-radicalité) qui ont été transformés en avatars youtubiques de la réification destructrice. Ces groupes sectaires qui aiment se donner en spectacle sur le youtubisme braillard et mensonger de toutes les fausses oppositions ne cessent de parler de « lutte de classes radicale » mais dans les faits, c’est-à-dire sur le terrain pratique et très concret de la lutte, ces gens-là n’existent absolument pas, on ne les voit absolument nulle part mettre en pratique leur fameuse « lutte de classes radicale »… Les analyses de ces groupes étiquetés « communistes radicaux » sont non seulement potentiellement complètement obsolètes mais sur le terrain ces gens ne mènent absolument pas le combat qu’ils prétendent spectaculairement mener…

Dans le monde de la réalité renversée et de l’imposture généralisée, les groupes étiquetés « communistes » qui prétendent youtubiquement faire la « lutte de classes radicale » sont en vérité les derniers à la mettre concrètement en pratique sur le terrain du mouvement réel, ces gens-là n’existent absolument pas dans le réel, ils n’existent que sur youtube dans le monde faux de la représentation spectaculaire… On ne voit ces pseudo-révolutionnaires « radicaux » ni avec les groupes Gilets jaunes, ni dans les manifestations (jugées probablement trop peu « radicales » ou « trop réformistes » pour eux), ni avec les mouvements citoyens spontanés contre le « Pass sanitaire », etc.

La seule « praxis radicale » de ces groupes d’imposteurs étiquetés « communistes radicaux » aux effectifs humains qualitativement misérables est dans le baratin irréel et utopique sur youtube, c’est-à-dire le néant complet… Il y a 1000 fois plus de respect à avoir pour un manifestant de terrain sincère dans son combat (mais peut-être peu armé théoriquement) plutôt que pour des boomers-bourgeois-marxistes sectaires-plagiaires dont la seule praxis de « radicalité » consiste à s’écouter parler avec surdité sur le youtubisme débile de toutes les impostures frelatées…

Ces gens-là (qui sont des religieux aveugles qui s’ignorent) ont d’ailleurs beau se réclamer de Marx, ils n’en demeurent pas moins prisonniers d’une contradiction schizophrénique insurmontable : parler sur youtube de « lutte de classes radicale » tout en déniant la moindre valeur à toute tentative pratique de mettre fin au cauchemar actuel. Ces imposteurs marxistes de youtube tombent intégralement sous le coup de la critique de Marx déployée dans « L’indifférence en matière politique » et se révèlent en vérité être beaucoup plus proches de Proudhon qu’ils ne veulent bien l’admettre (encore une de leurs nombreuses contradictions orwelliennes) :

https://www.marxists.org/francais/marx/works/1873/01/km18730100.htm

« En un mot, les ouvriers doivent se croiser les bras et ne pas perdre leur temps en des mouvements politiques et économiques. Ces mouvements ne peuvent leur donner que des résultats transitoires. En hommes vraiment religieux, ils doivent, méprisant leurs besoins quotidiens, crier, pleins de foi : « Que notre classe soit crucifiée, que notre race périsse, mais que restent immaculés les principes éternels ! ». Ils doivent, comme de pieux chrétiens, croire en la parole du curé, mépriser les biens de cette terre et ne penser qu’à gagner le paradis. Au lieu du paradis, lisez liquidation sociale qui surviendra un jour dans quelque coin perdu du monde, on ne sait comment, ni par l’œuvre de qui, et la mystification sera claire en tout et pour tout. »

Ce qui se révèle à travers le youtubisme braillard rempli de fausses certitudes de ces imposteurs beuglards et plagiaires-bébêtes à lunettes est leur impuissance pratique à changer quoi que ce soit et l’irréalité complète de leur pseudo-radicalité, une pure projection fantasmée de leurs désirs, une posture mensongère en dehors de tout principe de réalité, leur propre angoisse projetée sur le réel et leur incapacité à comprendre ce dernier. Ces gens-là parlent de « lutte de classes radicale » et de « Révolution belle et joyeuse » en inversion complète du réel dans le monde faux et inversé de la représentation spectaculaire, la vérité est qu’il y a désormais une lutte pour la survie face à l’horreur de la réification totalitaire qui est en train de tout détruire…

En l’espace de quelques mois toutes les libertés individuelles auront été définitivement détruites, tous les acquis sociaux auront été réduits à néant et il ne reste désormais plus grand chose à sauver… Le pouvoir ignoble du Capital réifiant a poussé au chômage, à la misère, au désespoir et au suicide des milliers de pauvres gens…

L’ignoble pouvoir satanique du Système actuel a criminalisé et ostracisé des milliers de pauvres gens qui ont eu la présence d’esprit de ne pas s’injecter dans le corps des injections mutagènes empoisonnées fallacieusement appelées « vaccins » tandis que des légions d’abrutis réifiés ont applaudi à tout cela avec une merveilleuse « bonne conscience », la « bonne conscience » d’obéir aux ordres de l’autorité…

Cette ignoble « dictature sanitaire » est une abjection sans nom et il convient de rappeler aux plus naïfs et aux plus bêbêtes que toute cette merde orwellienne n’est « sanitaire » qu’en apparence depuis le début, le fond véritable a toujours été profondément économique, politique, systémique et structurel…

PMA, GPA, Loi Bioéthique, « Pass sanitaire », piqures obligatoires, Police de la pensée et durcissement de la répression politique par le pouvoir, etc., nous vivons actuellement une espèce de synthèse dialectique monstrueuse entre 1984 d’Orwell, Le Château de Kafka, Le meilleur des mondes d’Huxley et un scénario à la Black Mirror. La réalité contemporaine est devenue une dystopie cauchemardesque-aliénante-kafkaïenne-orwellienne ultime et ça n’est probablement que le commencement de l’horreur car la réification totalitaire n’en est qu’à ses débuts…

A supposer même que le Capital « crève » et qu’il « ne reparte pas » (selon les vieux schémas marxistes potentiellement complètement obsolètes) la vérité est qu’il s’est désormais donné les moyens d’anéantir la quasi-totalité de l’espèce humaine avec les piqures obligatoires de Pfizer, il a commencé à mettre en pratique sa volonté thanatique d’anéantissement complet du vivant et l’espèce humaine est clairement sa cible prioritaire…

Nous vivons des temps extrêmes et il n’y aura certainement pas de « Révolution belle et joyeuse » (contrairement aux délires de certains marxistes bisounours bébêtes-optimistes-niais remplis de fausses certitudes) mais du sang et beaucoup de morts…

Les morts ont déjà commencé par milliers contrairement à ce que la propagande officielle de toutes les statistiques bidonnées et de tous les chiffres bidons veut bien nous faire croire. Si l’accusation de « complotisme » est le procédé diabolisant à la mode utilisé structurellement par le Système actuel de domination pour étouffer toute voix critique (et il suffit de dire la vérité pour devenir un criminel de la pensée dans ce monde de mensonges), le Système ne parvient cependant pas à complètement dissimuler que les injections de Pfizer sont en vérité les plus grandes campagnes d’empoisonnement historiquement jamais lancées, et cela sous l’étiquette fallacieuse de la « santé », ce à quoi nous assistons est potentiellement l’un des plus grands crimes de masse jamais commis contre l’espèce humaine par ce système capitaliste et tous ses larbins…

Dans le monde de la réalité renversée, la liberté c’est l’esclavage, la guerre c’est la paix, l’ignorance c’est la force, la justice c’est l’injustice, la santé c’est la maladie et l’empoisonnement orchestré par les multinationales sataniques de notre destruction capitaliste programmée…

Les rapports de l’ANSM (agence nationale de sécurité pour le médicament) reconnaissent pudiquement des liens de causalité entre les injections expérimentales présentées fallacieusement comme des « vaccins » et des pathologies graves (myocardites, péricardites, thromboses veineuses, etc.), encore faut-il prendre le temps de lire et d’analyser ces rapports :

« Au total, sur les 46 817 cas rapportés, 33 844 (72,3 %) correspondaient à des cas non graves et 12 973 (27,7 %) à des cas graves au regard des définitions réglementaires internationales de pharmacovigilance. Depuis le précédent rapport, 15 430 nouveaux cas ont été transmis, dont 4 283 graves (27,8 %). (…) Les nouvelles données analysées pour ce rapport, ainsi que les données de notification spontanée internationales, confirment l’existence d’une association causale entre le vaccin Comirnaty et la myocardite. Les myocardites font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. (…) Les péricardites constituent un signal confirmé à niveaux Européen et font désormais partie intégrante des effets indésirables listé dans le RCP du vaccin Comirnaty. (…) une possible augmentation du risque de thrombose veineuse cérébrale est évoquée dans une récente publication. (…) La conclusion demeure inchangée : à ce stade, le rôle du vaccin dans la survenue de ces auto‐ anticorps dirigés contre le facteur VIII (« hémophilies acquises ») ne peut être exclu. (…) Conclusions inchangées : Rôle potentiel du vaccin dans la survenue de ces poussées [de maladies] (…) » (Enquête de pharmacovigilance du vaccin Pfizer – BioNTech Comirnaty, Rapport n°18 : période du 2 juillet 2021 au 26 aout 2021)

Politiciens corrompus, journalistes imbéciles, dissidents bidons, faux révolutionnaires, artistes « rebelles » en carton, gauchistes débiles, droitards stupides, rebelles d’opérette, humoristes pas drôles, faux intellectuels, etc., tous ces clowns et tous ces chiens de garde de notre destruction mondiale par notre « Pfizerisation » réifiante obligatoire-mutagène se sont ligués en une horrible Alliance diabolique pour nous exterminer, exterminer l’espèce humaine et l’esclavagiser à perpétuité aux injonctions mutagènes et empoisonneuses de la Forme-Capital souhaitant anéantir l’humain…

Dissidents bidons, révolutionnaires bidons, opposants bidons, journalistes bidons, experts bidons, artistes et sportifs « engagés » bidons, communistes bidons, politicards bidons, bureaucrates à la con, technocrates abrutis, syndicalistes clownesques, intellectuels bidons, etc., tous ces guignols de la société du Spectacle se sont lâchement et misérablement couchés face à Pfizer et face au « Pass satanique » de notre réification-empoisonnante programmée !

Toutes les « grandes gueules » médiatiques, tous les pseudo-opposants au Système, tous les politicards qui se veulent « subversifs », tous les artistes ou les sportifs « révoltés » ou « engagés » à la gomme, etc., tous ces guignols et tous ces tocards de l’actuelle société du Spectacle se sont misérablement couchés face à l’abject et ignoble « Pass satanique » de la honte et du grand effondrement de notre humanité dans la réification totalitaire…

Tous ces bouffons de l’actuelle société du Spectacle se sont couchés face à Pfizer et face à l’infâme « Pass sanitaire » avec « bonne conscience » ! Honte à tous ces imposteurs !

Nous n’avons définitivement rien à voir avec cette société de cadavres, cette société diabolique, thanatique, morbide, mortifère, etc., nous lui sommes définitivement étrangers et nous tentons de rester simplement humains, ce qui devient de plus en plus difficile… S’intégrer à cette société puante revient à se renier et à se déshumaniser… Entre cette société et nous, aucun terrain d’entente n’est envisageable…

Il est désormais très probable que les non-pfizerisés soient plus explicitement désignés comme les ennemis du Système très prochainement et tous les scénarios sont envisageables : confinement des non-piqués, psychiatrisation des non-piqués, emprisonnement des non-piqués, etc. L’élimination physique pure et simple des opposants à Pfizer et au mondialisme satanique de la réification capitaliste n’est pas non plus à exclure, bien au contraire…

La Police et l’Armée du Système seront probablement prochainement utilisées à des fins de répressions politiques extrêmes pour anéantir les dernières poches de résistance opposées à cette dictature mondiale : emprisonnement des résistants dans des camps, internement de force des résistants dans des prisons ou des hôpitaux psychiatriques, élimination physique des résistants par fusillade. Les tirs à balles réelles lancés par la Police dernièrement à Rotterdam (vendredi 19 novembre 2021) contre des manifestants opposés au « Pass sanitaire » annoncent la couleur sanglante des temps infernaux à venir…

Derrière la volonté politique explicitement assumée de pourrir la vie des résistants à Pfizer se cache la volonté thanatique du Capital d’éliminer physiquement toute forme d’opposition impossible à récupérer. C’est une guerre à mort menée par le Système pour nous détruire, les annonces orwelliennes de Macron ont été claires : nous sommes en guerre…

Les élections de 2022 ne changeront structurellement rien, elles ne feront que moderniser toujours plus la forme actuelle et inhumaine de notre servitude et de notre anéantissement dans la réification de la Forme-Capital. Bien naïfs sont ceux qui pensent encore qu’aller voter pour un opposant contrôlé par le Système pourrait changer quoi que ce soit… La mystification démocratique du Capital va définitivement achever de nous escroquer, de nous anéantir et de tout détruire dans le chaos…

Le Système élimine tout ce qu’il ne peut pas absorber, il est donc très probable que les actuels opposants à Pfizer soient prochainement emprisonnés ou même éliminés physiquement. C’est l’imminence de notre mort par Pfizer que le Système de la Forme-Capital a décrétée, nous n’avons plus beaucoup de temps à perdre désormais… Les forces du mal et du mensonge se déchainent sur la France et sur le monde entier…

Dans une perspective chrétienne qui n’est pas complètement étrangère à Marx (bien au contraire), le monde nouveau qui vient de prendre forme ces dernières semaines est tout simplement diabolique, satanique, démoniaque, etc., mais terriblement logique du point de vue du devenir réifiant et totalitaire-monstrueux de la Forme-Capital destructrice cherchant à tout absorber…

Le « monde d’avant » ne reviendra pas et le « monde d’après » qui désormais prend forme aujourd’hui arbore un visage encore plus hideux et encore plus monstrueux que le « monde d’avant ». Le « progrès » est décidément bien le progrès de la déshumanisation par les forces capitalistes et techno-scientifique du mal…

 « C’est seulement lorsqu’une grande révolution sociale aura maîtrisé les conquêtes de l’époque bourgeoise – le marché mondial et les forces productives modernes – et les aura soumises au contrôle commun des peuples les plus avancés, c’est alors que le progrès humain cessera de ressembler à cet horrible dieu païen qui ne voulait boire le nectar que dans les crânes des ennemis tués. » (Marx, New York Daily Tribune, 22 juillet 1853)

Si Marx est un chrétien qui s’impatiente et qui veut réaliser le Paradis sur Terre à travers le communisme, sa conception mondaine du salut est structurellement rendue impossible par les monstrueuses avancées actuelles du Système de domination. La possibilité du salut et de l’émancipation doit être déplacée vers l’extra-mondain, le salut ne peut plus être mondain…

Seul un Dieu peut peut-être désormais nous sauver et l’esprit chrétien du sacrifice (qui a été presque complètement anéanti dans cette Modernité libérale-marchande-consumériste-matérialiste-hédoniste du confort vulgaire et de l’individualisme désocialisant) est encore l’une des dernières choses qui puisse peut-être faire sens dans cette société ignoble avec laquelle nous n’avons décidément rien à voir :

« Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. » (Évangile de Jean)

« Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la retrouvera. » (Évangile de Luc)

« Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. » (Évangile de Marc)

Faut-il pour autant renoncer à la lutte face à l’horreur et la puissance actuelle du Système ? Certainement pas et il n’en a jamais été question. Bien au contraire… Mais il convient cependant définitivement et de manière radicale de cesser de s’aveugler de façon niaise sur la réalité actuelle du Système : il est très probable (et même quasiment certain) que nous perdions le combat…

Nous sommes dans une merde ultime et nous allons très probablement y passer…

Vivre ou mourir, la lutte ultime ou la mort dans la réification inhumaine, nous n’avons désormais plus beaucoup de temps avant de connaître la grande révélation, le dévoilement de la Vérité…

« Jésus dit : Ne dites pas de mensonge, et, ce que vous récusez, ne le faites pas, parce que tout est dévoilé à la face du ciel. Il n’y a en effet rien de caché qui ne se manifestera, et il n’y a rien de recouvert qui restera sans être dévoilé. » (Livre de l’Évangile selon Thomas)

« Ce que nous avions compris, nous ne sommes pas allés le dire à la télévision. Nous n’avons pas aspiré aux subsides de la recherche scientifique, ni aux éloges des intellectuels de journaux. Nous avons porté de l’huile là où était le feu. C’est ainsi que nous nous sommes engagés définitivement dans le parti du Diable, c’est-à-dire de ce mal historique qui mène à leur destruction les conditions existantes ; dans le « mauvais côté » qui fait l’Histoire en ruinant toute satisfaction établie. » (Debord, In Girum Imus Nocte et Consumimur Igni)

« Tous les deux, le christianisme de même que le socialisme ouvrier, prêchent une délivrance prochaine de la servitude et de la misère ; le christianisme transporte cette délivrance dans l’au-delà, dans une vie après la mort, dans le ciel ; le socialisme la place dans ce monde, dans une transformation de la société. Tous les deux sont poursuivis, et traqués, leurs adhérents sont proscrits et soumis à des lois d’exception, les uns comme ennemis du genre humain, les autres comme ennemis du gouvernement, de la religion, de la famille, de l’ordre social. Et malgré toutes les persécutions, et même directement servies par elles, l’un et l’autre se frayent victorieusement, irrésistiblement leur chemin. » (Engels, Contributions à l’histoire du Christianisme primitif)

« L’effacement de la personnalité accompagne fatalement les conditions de l’existence concrètement soumise aux normes spectaculaires, et ainsi toujours plus séparée des possibilités de connaître des expériences qui soient authentiques, et par là de découvrir ses préférences individuelles. L’individu, paradoxalement, devra se renier en permanence, s’il tient à être un peu considéré dans une telle société. Cette existence postule en effet une fidélité toujours changeante, une suite d’adhésions constamment décevantes à des produits fallacieux. Il s’agit de courir vite derrière l’inflation des signes dépréciés de la vie. La drogue aide à se conformer à cette organisation des choses ; la folie aide à la fuir. » (Debord, Commentaires sur la société du Spectacle)