Bréviaire du chaos…

Albert Caraco, 1982

«Le monde, que nous habitons, est dur, froid, sombre, injuste et méthodique, ses gouvernants sont ou des imbéciles pathétiques ou de profonds scélérats, aucun n’est plus à la mesure de cet âge, nous sommes dépassés, que nous soyons petits ou grands, la légitimité paraît inconcevable et le pouvoir n’est qu’un pouvoir de fait, un pis-aller auquel on se résigne. Si l’on exterminait, de pôle en pôle, toutes les classes dominantes, rien ne serait changé, l’ordre instauré voilà cinquante siècles n’en serait même pas ému, la marche à la mort ne s’arrêterait plus un seul jour et les rebelles triomphants n’auraient plus que le choix d’être les légataires des traditions caduques et des impératifs absurdes. » (Caraco, Bréviaire du Chaos)

« Les villes, que nous habitons, sont les écoles de la mort, parce qu’elles sont inhumaines. Chacune est devenue le carrefour de la rumeur et du relent, chacune devenant un chaos d’édifices, où nous nous entassons par millions, en perdant nos raisons de vivre. Malheureux sans remède nous nous sentons bon gré mal gré engagés le long du labyrinthe de l’absurde et nous n’en sortirons que morts, car notre destinée est de multiplier toujours, à seule fin de périr innombrables. A chaque tour de roue, les villes, que nous habitons, avancent insensiblement l’une au devant de l’autre, en aspirant à se confondre, c’est une marche au chaos absolu, dans la rumeur et le relent. A chaque tour de roue, le prix des terrains monte et dans le labyrinthe engloutissant l’espace libre, le revenu du placement élève, au jour le jour, un cent de murs. Car il est nécessaire que l’argent travaille et que les villes, que nous habitons, avancent, il est encore légitime qu’à chaque génération, leurs maisons doublent d’altitude et l’eau vînt elle à leur manquer un jour sur deux. Les bâtisseurs n’aspirent qu’à se soustraire à la destinée, qu’ils nous préparent, en allant vivre à la campagne. » (Caraco, Bréviaire du chaos)