Au-delà…

… de la valeur et de la baisse tendancielle du taux de profit, la surfusion du Capital.

Cercle Marx (5/10/2020)

« En revanche, dans le Capital porteur d’intérêts le fétichisme atteint sa forme parfaite. C’est le Capital achevé – qui est unité du procès de production et du procès de circulation – et qui, par conséquent, rapporte un profit déterminé pour un laps de temps déterminé. Sous la forme du Capital porteur d’intérêts ne subsiste que cette détermination, sans la médiation du procès de production et du procès de circulation. Dans la notion de Capital et de profit, il y a encore le souvenir de ce qu’il a été dans le passé, bien que du fait de la différence existant entre profit et plus-valeur, du fait de l’uniformité du profit de tous les capitaux – le taux général de profit – le Capital soit déjà très obscurci et devienne quelque chose d’obscur, un mystère (…) Dans le Capital porteur d’intérêts ce fétichisme automatique est parachevé : c’est la valeur qui se valorise elle-même, l’argent qui fait de l’argent et, sous cette forme, il ne porte plus la moindre cicatrice révélant sa naissance. Le rapport social a atteint sa forme parfaite de rapport de la chose (argent, marchandise) à elle-même. » (Marx, Théories sur la plus-value)

« Enfin, dans le Capital achevé, tel qu’il apparaît en tant que tout (Ganzes), en tant qu’unité du procès de circulation et du procès de production, en tant qu’expression du procès de reproduction – en tant que somme déterminée de valeur qui dans un laps de temps déterminé, au cours d’une phase (Abschnitt) déterminée de la circulation, produit un profit déterminé (plus-valeur) – dans cette configuration, le procès de production et le procès de circulation n’existent plus qu’à l’état de souvenir, comme des moments qui déterminent à égalité la plus-valeur, ce qui en voile la simple nature. La plus-valeur apparaît maintenant comme profit ». (Marx, Théories sur la plus-value)

«Et dans cette forme totalement extranéisée du profit et dans la même mesure où la forme du profit dissimule son noyau interne, le Capital acquiert de plus en plus une forme réifiée (sachliche), d’un rapport il devient toujours plus une chose, mais une chose qui a le rapport social dans le corps, qui l’a avalé, une chose se rapportant à elle-même avec une vie fictive et une autonomie, un être sensible suprasensible (sinnlich-übersinnliches Wesen); et dans cette forme de Capital et de profit il apparaît à la surface en tant que présupposition achevée. C’est la forme de son effectivité οu, mieux, sa forme d’existence effective. Et c’est la forme sous laquelle il vit dans la conscience de ses agents (supports), les capitalistes, qu’elle se déroule dans leurs représentations.(…) Cette forme (métamorphosée) ossifiée du profit (et par là du Capital en tant que son créateur, car le Capital est raison, le profit la conséquence; Capital cause, profit effet; Capital substance profit accident; le Capital est seulement en tant que Capital créant du profit, en tant que valeur qui crée un profit, une valeur supplémentaire)… » (Marx, Théories sur la plus-value)

« Si dans la configuration (Gestalt) finale qui est celle où le profit – en tant que supposé donné – apparaît dans la production capitaliste, les nombreuses métamorphoses, médiations qu’il subit sont effacées et rendues méconnaissables (unerkennbar), la nature du Capital subit en conséquence le même sort; si cette configuration devient encore plus fixée parce que le même procès, qui lui donne le dernier fini (finish), lui pose en face une partie du profit sous forme de rente, et fait donc de celui-ci une forme particulière de la plus-valeur qui, comme la rente l’est à la terre, est rapportée tout à fait de la même façon au Capital en tant qu’instrument de production doté d’une spécificité matérielle, cette forme concrète séparée de son être profond par une quantité de chaînons intermédiaires invisibles, revêt une forme encore plus extériorisée (veräusserlichte), οu plutôt la forme de l’extériorisation (Verausserlichung) absolue dans le Capital porteur d’intérêts, dans la séparation entre profit et intérêt, dans le Capital porteur d’intérêts considéré en tant que forme (Gestalt) simple du Capital, la forme (Gestalt) où le Capital est présupposé à son propre procès de reproduction. D’une part, on trouve là l’expression de la forme absolue du Capital: Α – Α’. Valeur se valorisant elle-même. D’autre part, le terme moyen Μ, dans M -Α – Μ – Α’, qui existe encore, même dans le Capital commercial pur, a disparu. C’est uniquement le rapport de Α à lui-même, et mesuré par rapport à lui-même. C’est le Capital expressément extrait, séparé, en dehors du procès – en tant que présupposition du procès, dont il est le résultat et dans lequel, et grâce auquel seulement, il est du Capital.» (Marx, Théories sur la plus-value)

« Dans ces deux formes de la plus-value, la nature de celle-ci, l’essence du Capital et le caractère de la production capitaliste sont non seulement complètement effacés, mais complètement inversés (verkehrt) en leur contraire. Mais, dans cette mesure aussi, le caractère et la forme concrète (Gestalt) du Capital sont parachevés, dans la mesure où la subjectivisation des choses, la réification des sujets, le renversement (Verkehrung) de la cause et de l’effet, le quiproquo religieux, la forme pure du Capital Α – Α’. sont représentés et exprimés de façon absurde (sinnlos), sans aucune médiation. De même, la sclérose des rapports, leur présentation en tant que rapports des hommes à des choses possédant un caractère social déterminé, sont élaborées tout autrement que dans la mystification simple de la marchandise et dans celle, déjà plus complexe, de l’argent. La transsubstantiation, le fétichisme est achevé ». (Marx, Théories sur la plus-value)

« Le développement chaotique du Capital n’entraîne pas nécessairement sa fin catastrophique car sa tendance ‘universelle’ contient en fait la possibilité de son propre dépassement, l’intériorisation de ses limites (ceci ne nie évidemment pas que le maintien du mode de production capitaliste soit gros d’une catastrophe insurmontable : la destruction de la vie à la surface du globe. Le Capital peut échapper à son propre devenir catastrophique, mais il crée par là-même les conditions d’un anéantissement humain)… Tous les théoriciens du marxisme ont jusqu’à ce jour développé soit le thème de l’équilibre évident du système à plus ou moins longue échéance soit le thème du déséquilibre obligatoire avec la non moins obligatoire crise finale du capitalisme; l’une et l’autre thèse ont leur fond de vérité mais toutes deux échouent dans leur tentative. La raison en est que pour eux le Capital ne peut exister que dans une forme réelle et non sous forme de Capital fictif alors même que le Capital fictif peut seul permettre au Capital de se développer au-delà de ses limites productives. Mais une telle affirmation comporte une conséquence importante : le Capital peut être en crise sans que cette crise soit une crise de la production et, comme corollaire, ce qui peut apparaitre comme crise de la production n’est plus forcément une crise grave du Capital.(…) La dévalorisation du Capital, qui découle immédiatement de la formulation de la loi de la valeur, est le phénomène le plus ignoré des théoriciens marxistes. Pourtant la dévalorisation est un élément indispensable pour comprendre l’évolution du Capital et la domination réelle de la loi de la valeur. Si en effet, le Capital se dépasse en autonomisant sa forme, la dévalorisation est le procès dans lequel sa substance entre en dissolution… » (Invariance, Juillet 1972)

« Ainsi le Capital a échappé aux contraintes du procès de production global telles que les envisageaient Marx et il n’a pu le faire qu’en devenant représentation. Celle-ci permet d’escamoter, d’éviter le procès de production ; il n’a plus besoin de se rapporter à sa propre matérialité pour acquérir une réalité. Grâce à la représentation, il peut, à chaque instant, être engendré. Il y a, apparemment, création ex-nihilo parce qu’elle est le résultat de l’activité globale de tous les êtres humains capitalisés. C’est avec cet échappement que se parachève la domination réelle du Capital sur la société, moment qui lui permet, maintenant, d’entreprendre la réalisation d’un despotisme généralisé sur tous les êtres humains, en faisant en sorte que la représentation-réalité soit la seule et unique. » (Invariance, Avril 1977)